[
Accueil| Diffusion| Glossaire | Quoi de neuf | Formation| Contact]




     

           Merci d'évaluer le guide

 


 

 

 
 
  Présentation du territoire : la lagune de Szczecin, une région, deux nations (Allemagne et  Pologne)Retour au haut de page
 

La région de la lagune de Szczecin s’étend du nord-est de l’Allemagne et au nord-ouest de la Pologne (Carte 1) sur une superficie de 5 000 km² environ et comprend une population totale de 834 153 habitants  (641 980 habitants du côté polonais et 192 173 du côté allemand). La région présente les mêmes caractéristiques naturelles des deux côtés de la frontière, soit :

l’estuaire de l’Oder, ses rives ainsi que les eaux côtières intérieures ;

la lagune de Szczecin ;

l’extérieur de la mer Baltique.

 
Carte 1 : Localisation de la lagune de Szczecin
Source : modifiée d’après http://www.agenda21-oder.de/
 
En raison de cette situation géographique particulière, les espaces économiques et écologiques sont en grande partie les mêmes. Ils marquent l’identité des habitants.  En 2007, l’activité économique est encore très faible des deux côtés de la frontière et les marges de manoeuvre financières des municipalités sont donc limitées. Les problèmes écologiques présentent un caractère de plus en plus transfrontalier :
 

pollution des plans d'eau par des fertilisants ;

influence de la mer Baltique qui soumet tout le littoral de l’estuaire de l’Oder à une dynamique importante qui peut compter des risques pour les habitations situées à proximité de la côte (érosion des rives et pertes de terrain, ruptures d’îles, inondations et morcellement des côtes lors des grandes marées et des tempêtes) ;

érosion de l’île Usedom (Allemagne) qui entraîne une accumulation de sédiments près de l’île Wolin (Pologne).

 
La zone transfrontalière de la lagune de Szczecin, au sud de la Baltique, est aussi caractérisée par la présence d'espèces animales et végétales rares; elle représente la plus grande zone de relais des oiseaux migrateurs d’Europe du nord et du nord-est. Il est donc devenu impératif de mettre sur pied une coopération interétatique pour résoudre efficacement les problèmes. Cette coopération, qui se concrétise par des projets réalisés en commun, permet d’améliorer les conditions de l’environnement, de réaliser des économies, d’œuvrer en faveur de la compréhension entre les peuples et d’améliorer les conditions de vie de part et d’autre de la frontière (aspect socio-culturel).
 
Figure 1: La lagune de Szczecin: vue d’Altwarp (Allemagne) vers Nowe Warpno (Pologne)

© Jan Landman
 
Le projet d’Agenda 21e siècle (A21) de la région de la lagune de Szczecin comprend les régions qui sont économiquement, écologiquement, culturellement et historiquement liées à la lagune de Szczecin. L’A21 a été signé par le pays fédéral (Land) Mecklembourg-Poméranie occidentale du côté allemand et par la Voïvodie de Poméranie occidentale (Wojewodztwo Zachodniopomorskie) du côté polonais. À l’intérieur de ces deux grandes structures administratives, pour l’Allemagne, l’A21 comprend les deux districts (Landkreis) de Poméranie occidentale et d'Uecker-Randow. Ces deux districts comprennent les villes de district Greifswald, Wolgast, Anklam et Ueckermünde et 164 communes (Gemeinde). Pour la Pologne, l’A21 comprend la ville de Szczecin, ainsi que les districts (powiat) Swinoujcie, Goleniów, Kamien Pomorski et Police qui comprennent 114 communes (gmina). On peut donc dire que  l’A21 régional de la lagune de Szczecin réunit une grande partie de l’Euroregion Pomerania.
 
 
  Objectifs et buts de l'Agenda 21e siècle régional de la lagune de SzczecinRetour au haut de page
 

Les objectifs de l’Agenda 21 régional de la lagune de Szczecin – une région, deux nations est :

d‘assurer et d’améliorer les conditions de vie et de l'environnement de la région habitée autour de la lagune de Szczecin ;

de développer une identité régionale commune, par-delà les frontières nationales, à travers une étroite coopération interétatique germano-polonaise.

Cet A21 régional se veut une plateforme et un "parapluie" transfrontaliers des Agendas 21e siècle locaux (A21L) : il coordonne les différents processus et les projets des A21L bilatéraux. L’A21 régional est donc non seulement un projet ayant donné lieu à des documents, mais c’est également un processus qui fait la promotion de l’intégration européenne dans cette région transfrontalière.

 
 
  Les jalons de la mise en oeuvreRetour au haut de page
 
Le 18 Juin 2000, le land allemand de Mecklembourg-Poméranie occidentale et la Voïvodie de Poméranie occidentale (Wojewodztwo Zachodniopomorskie), en Pologne, ont signé un accord commun de coopération transfrontalière dans le domaine de la protection de l’environnement. Afin de coordonner toutes les activités ayant un impact sur l’environnement, une Commission commune sur l’environnement (GUK) a été créée. Un groupe de travail, Développement durable, protection du climat et Agenda 21, a initié l’A21 régional de la lagune de Szczecin. Les représentants des organismes suivants font partie de cette commission:
 

le ministère de l’Environnement Mecklembourg-Poméranie occidentale ;

les Fonds régionaux de la protection de l’environnement et de l’eau Poméranie occidentale  ;

l’Office de Marechal de la Voïvodie de Poméranie occidentale ;

l’Office fédéral de l’environnement et de la nature (StAUN) à Ueckermünde ;

les 164 communes (Gemeinde) du côté allemand et les 114 communes (gmina) du côté polonais concernées ;

l’Université de Szczecin ;

l’École supérieure de Neubrandenburg.

 
La Conférence germano-polonaise, intitulée l’Agenda 21 régional de la lagune de Szczecin – une région, deux nations, tenue le 20 Avril 2001 à Szczecin, marque le début des travaux pour l’A21 régional. Lors de cette conférence, la Voïvodie de Poméranie occidentale et le land Mecklembourg-Poméranie occidentale s’engagent à créer des structures respectives et à initier la réalisation de projets pilotes en partenariat avec la population. Cet engagement est appelé la décision de Szczecin.
 
La signature du document l’Agenda 21 régional de la lagune de Szczecin – une région, deux nations, le 6 Septembre 2002 à Pasewalk, concrétise, un an plus tard, la décision de Szczecin.
 
Le financement pour les différentes initiatives réalisées vient entre autre de l’Union Européenne (programme INTERREG III : programme de l'union européenne en faveur du développement des Régions européennes - Exercice 2000/2006), des gouvernements allemands et polonais ainsi que de diverses fondations.

Figure 2:

Le château de Szczecin

© Jan Landman

 
 
  Les orientationsRetour au haut de page
 

L’A21 régional:

a une orientation régionale ;

est transfrontalier ;

et se consacre au déploiement des principes de développement durable (DD) au niveau de toutes les activités politiques, économiques, culturelles et écologiques des deux nations.

Il a été mis en place une plateforme regroupant des concepts, des institutions et des projets transfrontaliers de l'Agenda 21 Régional. Ainsi, il correspond à un label de qualité pour des initiatives régionales transfrontalières et durables, tout en facilitant l’échange des expériences germano-polonaises et en renforçant l’identité de la région.

 
 
  La visionRetour au haut de page
 

La vision de l’A21 régional de la lagune de Szczecin est la suivante :

« une région, deux nations ayant une qualité de vie et des grandes valeurs écologiques ».

Puisque la mise en œuvre d'une telle vision n'est possible qu’avec la participation des citoyens (à travers des A21L, des jumelages, des partenariats entre écoles, des projets touristiques transfrontalières, des ateliers, des colonies des vacances transfrontaliers, etc.), des communes et arrondissements, des institutions, des entreprises publiques et privées ainsi que des associations de la région, tous sont invités à adhérer à l'A21 régional et à contribuer activement à son implantation.

 
 
  La structure de travail de l’Agenda 21 régionalRetour au haut de page
 

L’A21 régional est en phase de démarrage.  En effet, une structure d’interconnexion, de communication, d’information et de coordination des acteurs régionaux est en train d'être mise en place. Cette structure constituera le noyau organisationnel de l’A21. En voici les étapes :

  1. la poursuite des échanges au sein du groupe de travail Développement durable, protection du climat et Agenda 21 de la Commission commune de l’Environnement (GUK) ;
  2. la mise en place de bureaux de coordination dans chaque pays ;
  3. la création de réseaux dans les domaines de l’environnement, du tourisme, de l’éducation, de la culture, de la science et technologie et de l’agriculture  en intégrant les acteurs locaux et régionaux ;
  4. la mise en place et le maintien d’une banque de données à la fois sur les projets régionaux liés à l’environnement, au développement touristique transfrontalier, à l’éducation, à la science, à l’agriculture et à la culture et sur les acteurs de ses projets;
  5. l’élaboration d’un suivi pour l’A21 régional et pour tous les A21L des municipalités de la lagune de Szczecin  ;
  6. l’organisation des conférences annuelles qui évaluent les activités actuelles et planifient des stratégies, des initiatives et des actions futures communes.
 
 
  Les thèmes prioritaires et le plan d’actionRetour au haut de page
 
Les thèmes prioritaires et le plan d’action réalisé et/ou en cours de réalisation de  l’Agenda 21 régional de la lagune de Szczecin comprennent :
 

la mise en œuvre d‘A21L dans les villes ;

l’éducation relative à l’environnement (ERE) de la population ;

le tourisme durable ;

l’agriculture écologique ;

la commercialisation des produits régionaux ;

l’utilisation des technologies écologiques ;

l’essor des énergies renouvelables ;

la préservation du patrimoine culturel ;

la gestion côtière intégrée ;

la coopération scientifique entre les universités et entre les organisations ministérielles.

 
 
  Un des thèmes prioritaires : la consolidation des Agendas 21 locaux (texte à venir)Retour au haut de page

 

 
  Les défis  à relever en vue d’un développement durable de la région Retour au haut de page
 
Les aides financières jouent un grand rôle, en raison des moyens régionaux limités. Le financement de l’Union Européenne a permis de démarrer des échanges. Mais, dans les prochaines années, il faudrait utiliser, de manière plus ciblée, les aides nationales et internationales. Il serait opportun de recourir davantage aux fonds des programmes européens tels que PHARE (programme d'aide communautaire aux pays d'Europe centrale et orientale - Union Européenne), INTERREG (programme européen de coopération transfrontalière pour promouvoir un développement régional harmonieux). Selon nous, les deux pays ont un grand défi à relever.  En effet, il leur faut tenter de bénéficier des ces aides financiers en soumettant des projets d’environnement à vocation transfrontalière. Les crédits provenant des fonds nationaux devraient permettre de réaliser conjointement des projets environnementaux et culturels.
 
Il convient aussi d’améliorer les relations publiques. Les informations sont insuffisantes concernant la réalisation des projets environnementaux dans la région frontalière. Il faudrait que les autorités impliquées dans la coopération transfrontalière mènent une politique de presse ciblée par le biais de publications, de brochures et de dépliants. Par exemple, les deux pays ont fait une page Internet sur les régions frontalières.
 
Afin de promouvoir les échanges internationaux, il faudrait réaliser plus d’ateliers communs et de rencontres internationales, publier les exposés peu de temps avant la tenue de ces manifestations, si possible en anglais, afin que d’autres régions frontalières (par exemple : France-Espagne, Hongrie-Autriche) puissent également y participer. Ces rencontres devraient se tenir tous les deux ans, respectivement en Pologne et en Allemagne. Des bonnes relations publiques peuvent permettre d’éviter des controverses autour des  zones protégées, du tourisme, du transport et de l’agriculture. En outre, elles contribuent à maintenir l'intérêt de la population concernant le plan d'action A21 régional.
 
Par ailleurs, peu de données environnementales sont à l'heure actuelle disponibles. La création du projet de recherche transfrontalier Research for an Integrated Coastal Zone Management in the Oder Estuary Region (ICZM-Oder) a permis d’élaborer un plan commun de protection et de gestion des eaux et de la côte.  Il serait souhaitable de promouvoir davantage la coopération bilatérale entre les organisations de recherche, de créer des programmes d’études germano-polonais intégrés (échange d’expériences au sujet de cursus bilatéraux déjà existants, par exemple, le cursus intégré franco-allemand à Mayence et à Sarrebruck) et des manifestations scientifiques communes.  Les associations et les comités de protection de l'environnement pourraient être également renforcés. 
 
Concernant les outils permettant la protection des biotopes, une cartographie à grande échelle des biotopes, encore absente, serait souhaitable. Un premier pas pourrait être la réalisation d’un inventaire commun des biotopes menacés et à protéger dans la zone transfrontalière. Des études sur les pollutions de biotopes rares (dunes, marais, tourbières) pourraient mener à une action à court terme. La hiérarchisation des différentes listes rouges des espèces menacées de la ceinture baltique des deux pays et des différents Länder s’avère problématique. Afin de promouvoir une meilleure protection de la faune et flore dans la zone, il serait intéressant d’établir une seule et unique liste rouge des espèces pour l’espace estuarien de l’Oder ou encore une liste des espèces localement importantes pour la région frontalière.
 
 
  Considérations finalesRetour au haut de page
 

L’A21 régional de la lagune de Szczecin est un premier pas vers la vision  « une région, deux nations ayant une qualité de vie et des grandes valeurs écologiques ».  La mise en œuvre d'une telle vision n'est possible qu’avec la participation des citoyens, et il s’est avéré que des projets, et des réunions communes sous forme d’A21L transfrontaliers sont importantes pour développer cette identité régionale commune, au-delà des frontières. D’une manière générale, il est possible d’affirmer que la région transfrontalière de la lagune de Szczecin est en bonne voie de devenir une Euroregion dynamique qui encourage l’intégration européenne en dépassant l’héritage des schémas étatiques de développement, en renforçant l'articulation d'un espace eurorégional de DD.

 
 
  Dernières nouvelles 

Le bureau de l’Agenda 21 transfrontalier germano-polonais a fermé ses portes. Après 9 ans, le projet a ainsi pris fin. Les acteurs des deux côtés veulent toutefois – si possible – continuer à travailler ensemble dans le cadre d’une éventuelle région modèle transfrontalière germano-polonaise.

 
 
 
 Sites Internet

Depuis 2002, un programme commun d’enseignement germano-polonais sert à la consolidation des A21L et à la formation des acteurs locaux (représentants des communes, des administrations, des associations, etc.).  Le programme initie des partenariats entre des municipalités allemandes et polonaises et des projets communs. Il transmet des éléments clés des processus des A21L aux acteurs et facilite l’échange des expériences entre les A21L. En parallèle, une formation relative à la gestion par projet permet aux acteurs locaux et régionaux d’apprendre sur les conditions gagnantes d’élaboration et de réalisation des projets. Aussi, pour se comprendre au niveau de la langue, il a été nécessaire d’organiser des cours de polonais et d’allemand  pour les représentants de l’A21 régional.

Toutes les A21L transfrontaliers réalisés depuis 2001 sont visibles sur le site Internet. Ci-dessous, sont présentés quelques exemples d'éducation relative à l'environnement et de projets particulièrement réussis, tant dans le secteur de l'environnement, du tourisme durable que de la communication. 

Environnement

Dans le secteur environnemental, plusieurs initiatives ont été réalisées avec succès:
 

en 2004 : un atelier germano-polonais sur l’éducation relative à l'environnement ;

en 2005 : une conférence germano-polonaise portant sur l’éducation relative à l’environnement pour la protection de la biodiversité versus le développement touristique ;

la création de parcs naturels des deux côtés de la frontière, tel le parc naturel de la lande d’Ueckermünde ;

en février 2007 : 28 acteurs de projets d’éducation relative à l’environnement se sont réunis à Ueckermünde pour la constitution d’un réseau d’éducation relative à l'environnement pour la région de la lagune de Szczecin ;

construction d'un réseau transfrontalier de centres de formation écologique et de formation en gestion de l'environnement, lesquels travaillent d’une manière transfrontalière, tels que le Centre de pédagogie de l’aventure à Ueckermünde, le Jardin zoologique à Ueckermünde, l’Hostellerie scolaire de campagne à Gehren et le Centre de la forêt à Kliniska.

 
Dans les années à venir,  d’autres projets sont prévus dont la création d’un centre régional de formation écologique et d’éducation relative à l’environnement.
 
Une initiative particulièrement réussie, réalisée sous l’égide de l’A21 régional, est le projet de recherche transfrontalier Research for an Integrated Coastal Zone Management in the Oder Estuary Region (ICZM-Oder). L’A21 régional mentionne explicitement la protection contre les crues et la défense côtière comme un point principal de la coopération germano-polonaise. Il forme ainsi la base conceptuelle pour ce projet de recherche appliquée, qui a commencé en mai 2004 avec un budget de 2 millions d'euros pour les trois premières années. Les deux pays impliqués ont adopté des dispositifs simultanés de défense côtière pour limiter à long terme le retrait du littoral et de protection contre les crues :
 

la construction des digues transfrontalières comme à Kamminke, des remblais en granit devant les côtes ;

l'élaboration de programmes communs coordonnés pour dresser des bilans de l’état des cours d’eau situés à proximité de la frontière : protection et gestion des eaux, concept de rétablissement du régime naturel des eaux et de renaturation des zones inondables et des tourbières détruites par l'assèchement ;

analyses transfrontalières de la  qualité des eaux côtières par des scientifiques polonais et allemand.

 
 
Des outils de planification transfrontalière du territoire ont aussi été élaborés, tels que :
 

une base de stratégie visant la planification territoriale transfrontalière coordonnée dans le cadre d'une gestion intégrée de la zone côtière (Konieczny, 2007 : IKZM-Oder Berichte 35) ;

un plan de gestion transfrontalière du développement touristique durable ;

des investigations communes concernant l’influence du changement climatique sur la côte de la mer Baltique ;

un système d'information géographique (SIG) régional de la zone permettant un meilleur suivi de toutes les initiatives mises en place.

 
 
Tourisme durable
 
Plusieurs initiatives visent à approfondir la coopération transfrontalière dans le secteur du tourisme durable :
 
une conférence germano-polonaise portant sur les opportunités et les limites du tourisme durable dans les régions de Mecklembourg - Poméranie occidentale et de Zachodniopomorskie (2006) ;
des festivals culturels transfrontaliers, tel le Festival de la nature de la lagune de Szczecin (2006) ;
des projets artistiques, tel le concours germano-polonais de photographie intitulé Pays et hommes (2007) ;
un portail Internet germano-polonais (bilingue) de la lagune de Szczecin qui ne comprend pas seulement des informations sur la gastronomie et les possibilités d’hébergement, mais aussi sur les attractions touristiques et les curiosités que la région offre. Ce portail veut ainsi renforcer l'attractivité touristique de la lagune de Szczecin ;
la mise en place d'infrastructures touristiques transfrontalières en particulier des sentiers de randonnée, des voies maritimes pour canoë-kayak, des réseaux de pistes cyclables et des parcours équestres ;
un « guide touristique commun de la région de la lagune de Szczecin » ;
la création des réserves naturelles germano-polonaises, telle celle de Gottesheide-Jezioro Swidwie.
 
Communication
 
La communication et la diffusion sont aussi des clefs du succès des A21L. Parmi les initiatives réalisées, citons :
 

l’association de l’A21 régional de la lagune de Szczecin, aussi appelée Club 21, fondée du côté polonais. Dans ce club informel, des journalistes, qui s’intéressent aux sujets de l’A21 et de l’environnement, se réunissent. L'objectif est d’augmenter et d’améliorer les reportages sur des sujets relatifs aux A21 dans la région transfrontalière. Des organisations partenaires allemandes correspondantes seront créées ;

depuis 2003, la revue Zielona Arka-Grüne Arche, informe régulièrement, en Allemand et en Polonais, sur le DD dans la région (Figure 3).

 
Figure 3: Revue germano-polonaise Zielona Arka- Grüne Arche
 
L'encadrement des jeunes
 
D’autres projets transfrontaliers, initiés en Allemagne et en Pologne, visent la formation et l’encadrement des jeunes :
 

le concours scolaire pour l’élaboration d’un logo A21 régional. Aussi bien les écoles allemandes que polonaises y ont participé. Une classe polonaise et une classe allemande se sont partagées le premier prix, soit un voyage scolaire dans le pays voisin. Les dessins qui ont gagné le concours ont servi de base pour le design du logo officiel de l’A21 régional de la lagune de Szczecin ) ;

depuis plusieurs années, des ateliers de formation pour les animateurs d’encadrement germano-polonais des jeunes ainsi que des colonies de vacances germano-polonaises ont lieu sur une base régulière.

 
Développer une identité régionale commune par-delà  les frontières est un des grands buts de l’A21 régional. Cet objectif a été également la base du projet Bienvenue chez moi réalisé en 2005-2006. Des enfants âgés entre 8 et 9 ans, issus de 8 écoles allemandes et polonaises de la région de la lagune de Szczecin, ont exploré leur région et l’ont ensuite présentée aux enfants du pays voisin.
 
De ces présentations est né un guide touristique de la région transfrontalière, vue par les yeux des enfants. Quatre visites scolaires, dans chaque pays, ont eu lieu dans le cadre du projet. Bien que tous les enfants sachent qu’à quelques kilomètres de leur domicile commence un pays étranger, peu d’entre eux connaissent les réalités et la culture de l’autre pays. Lors de ces rencontres, les enfants ont appris l’histoire des lieux visités et des événements, élément important pour le développement d’une identité régionale commune.
 
Pour terminer le projet, un atelier germano-polonais a été organisé à Podgrodzie durant lequel les enfants, réunis en petits groupes, ont artistiquement et scientifiquement exploré leur région : ils ont réfléchi  sur ce qui est typique de leur région, la lagune de Szczecin, sur les atouts de vivre dans cette région, sur l’avenir commun de la région transfrontalière et leur propre avenir comme citoyen de cette Eurorégion (Agenda Büro Stettiner Haff, 2006). Ce projet transfrontalier a été primé par l’UNESCO dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation en vue du DD (2005-2014, DEDD).
 
 

 

 
 
 
   
 

[ Accueil | Diffusion | Glossaire | Quoi de neuf | Formation | Contact ]

 Imprimer
 
 
 


© Tous droits réservés